Apprendre à  piloter à  l'Aéro-club de Montpellier

Week end en Corse
à  bord du Cessna 182 avec moteur SMA
F-GLHB

L'aventure 2008 raconté par ses participants



A propos
Texte suivant

 

 

Plusieurs fois remis, à cause de la MTO, la fine fleur de l’aéronautique française a réalisé l’exploit du siècle : la traversée vers la Corse. La presse mondiale est présente pour photographier l’évènement, Juras PAVEL le célèbre ex correspondant de guerre et grand reporter à la gazette de Vauguières-le-bas immortalise le départ. L’équipage est composé de Walter, Georges et Alain.

Tout a été minutieusement préparé. F-GLHB sort de révision des 100 h, il est tout propre car lessivé la veille. Marc a même pris soin d’encaustiquer le tableau de bord, de cirer les sièges en cuir, et de parfumer l’avion au citron…corse ! Il a été convenu qu’Alain ferait l’aller car il connaît le relief de l’île pour y avoir déjà volé, Georges fera le retour. Le plan de vol est déposé. Le trajet se fera par le vor Martigues, le vor St Tropez, le célèbre point Merlu, puis Norka, arrivée par le col de Téghime qui est le point NW de Bastia Poretta.

Top départ, rotation en 31 L à 08 h 15 Z et montée immédiate au FL 75.
Cet avion est exceptionnel, ça tourne comme une horloge, 60 de PA à peine et nous voilà à 120 kt. Vingt minutes de vol et nous survolons le vor MTG bientôt celui de st Trop et le grand large…..La traversée commence, nous sommes toujours avec le contrôleur de Nice, une vraie Nounou qui nous bichonne en rectifiant notre cap de temps à autre, nous voici à 43° 04 80 N et 008° 17 18 E, oui c’est bien MERLU, nous survolons le célèbre point, le contrôleur est à son poste à bord d’une bouée gonflable rouge et verte il nous fait de grands signes pour nous faire comprendre que nous sommes sur la bonne route. Georges recense les navires en bas au cas ou…..La visi est extra Walter le premier distingue les côtes Corses et nous sommes encore à 60 nautiques du point Norka.

L’île se rapproche, est ce bien la Corse ? A 6 minutes de NW Walter donne le top descente à 500 ft minutes, il faut passer le col à 4000 pieds et puis à peine 8 nautiques pour la vent arrière à 1000 pieds. C’est fait, la terre corse est sous l’HB, on passe avec la Twr de Bastia, c’est la 34 en service, les roues touchent il est 10h40 Z .

Tony de l’aéro-club de Bastia Poretta nous accueille chaleureusement et nous allons déjeuner d’une bonne dorade.

L’après-midi c’est le tour de corse. Cap au sud: Solenzara dit « ZARA » puis le golfe de Porto Vecchio, les bouches de Bonifacio, la Sardaigne à gauche. On se pose à Propriano. Un personnage des plus pittoresque nous attend.

Il faut dire qu’on revient de loin à Propriano, le drame a été évité de justesse. Vous avez peut être entendu parler du taureau qui divaguait sur la piste. Nous avons eu l’immense chance de rencontrer celui qui fit cesser aussi sec et c’est sûr cette turbulence bovine. Il y avait l’homme qui tua Liberty Valence, et bien nous avons rencontré l’homme qui a dissout les taureaux. La recette est simple mais ne nous a pas été divulguée intégralement, car en Corse on ne parle pas….. Pour dissoudre un taureau d’après ce que nous avons compris il faut très peu d’ingrédients, des balles breneck (au moins deux) et du kérosène (au moins 20 l selon la taille du taureau) . Le plus long consiste à repérer le taureau (eux aussi prennent le maquis) après quoi et c’est là le secret tout doit s’enchaîner très rapidement, c’est le tour de main qui compte. Le système est très efficace semble t-il puisque le responsable de la DGAC venu sur place pour constater la fin du trouble a été mis en face d’un tas de cendres dont on lui a juré sur l’honneur Corse qu’il s’agissait bien du taureau trublion. En foi de quoi la piste fut rouverte.

Après cette tartarinade qui à seule valait le déplacement nous décollons de Propriano, et retour par la côte ouest, la baie d’Ajaccio, les sanguinaires, les calanches de Piana, le golfe de Porto, Calvi, l’Ile Rousse, St Florent et nous revoilà à Bastia. Le soir on fait le plein de lonzo 100 ll et de Coppa Jet, pas de figatelli (c’est pas la saison).


Retour le lendemain, nous remontons le cap, et à nous le FL 85. Georges pose HB à LFMT il est 13 h 10.


Un vrai régal, que du bonheur, alors n’hésitez pas faites comme nous !

(Copyright http://Aeroclub-montpellier.com)

 

Aéro Club de Montpellier  Téléphone & télécopie : 04 67 5 59 38

Email : infos@aeroclub-montpellier.com