Apprendre à piloter à l'Aéro-club de Montpellier

Histoire d'un lâcher à l'Aéro club de Montpellier

La retraite c'est super !


A propos
Texte suivant


Histoire d'un lâcher.

L'heure de la retraite sonnant, je me décidai à pratiquer, ce qui avait été ma passion cachée durant toute ma vie : l'aviation. L'Aéro-club m'accueillit. Ambiance conviviale, bon enfant. Sans fioritures et sans "chichis". Cela me convenait tout à fait.

Mes débuts furent... difficiles. Mon tempérament un peu artiste faisait le désespoir de mon instructeur. Je confondais allègrement "réchauf carbu" et "mixture", et la sélection des magnétos était pour moi un mystère profond. Rien n'y faisait.. l'arrondi était une énigme et le réglage du compensateur me paraissait aussi simple que le triple saut en trapèze volant... J'envisageais des solutions extrêmes : série de piqûres par le Docteur Sergent, médecin et instructeur au Club, et -dernier recours- un cierge par semaine à Ste Rita, qui -comme chacun le sait- est la patronne des causes désespérées... Sans doute épuisé, mon premier instructeur déclara forfait et partit à l'autre bout du monde, se refaire une santé sous les cocotiers.

J'étais têtu. Mon nouvel instructeur avait dans les yeux tout le bleu du ciel et dégageait l'assurance tranquille des "gens qui savent"... ça me rassurait, mais au fond de moi-même, je le plaignais...Il s'efforça de me mettre en confiance. A ma grande surprise mes progrès furent réels. Le "compte-tours" se borna à compter et arrêta de m'en jouer. Les magnétos devinrent des amies fréquentables, et l'arrondi - avec qui j'entretenais des relations très tendues - se laissa peu à peu convaincre de ma bonne volonté.

Nous volâmes bientôt à trois. Martine, la Belle Dame du PPL, était venue nous rejoindre. Les vols étaient un bonheur. Et puis un jour... Je m'étais posé comme prévu. Mon instructeur appela la tour : "Rectification l'avion va redécoller ; c'est un lâcher, un vol solo".

"Tu as entendu" me dit-il "oui" répondis-je, le souffle un peu court. Il descendit. Dernières recommandations. Il s'éloigna... Je n'aurais pas voulu être à sa place. J'étais d'un calme absolu. Je poireautais quelques minutes au point d'arrêt. Le contrôleur attendait que tout soit dégagé pour lâcher le fauve..."Vous pouvez décoller Charlie Roméo"

J'enfonce doucement la manette des gaz ; les tours montent, la vitesse augmente, je tire sur le manche....JE DECOLLE. L'azur inonde le cockpit. Les hangars défilent. Je suis un magicien ; j'ai réussi mon tour, je suis oiseau. Le pic St Loup, silhouette familière, masse sombre apaisante, tranche au loin sur le bleu immaculé du ciel. Aucune appréhension. L'avion monte lentement, le capot calé sur le mont St Clair.
Les séquences cent fois répétées s'enchaînent avec la rigueur d'un métronome.1000 pieds, palier.
Des points brillent sur la voie express. Des bateaux taillent leur route au large de Carnon. "Vous êtes n°1 Charlie Romeo, rappellez finale" La petite maison familière au bord de l'étang, blasée, indifférente, se mire dans les eaux. 600 pieds. Plein volets, vitesse réduite, la piste grandit. L'étang a mis ses habits de lumière. Il brille de mille feux. Les flamants roses, gardiens habituels des lieux, saluent mon passage d'un décollage massif. Flèches Filiformes. Symphonie des couleurs. Eclairs blanc et grenat ourlés de noir.
Je coupe les gaz ; je tire le manche doucement. Le capot se relève ; je plane. Bruissement du train ; je suis posé. Déjà ! "Que voilà un bel atterrissage" me glisse le contrôleur en vol.

Je suis rouge de fierté... Je suis... Je suis... Lindbergh.... mais mon Atlantique à moi se nomme "tour de piste". Depuis les vols se succèdent, je m'éclate. Le papy est devenu volant... Je souhaite à de nombreux débutants de connaître de telles joies au Club.

Jean-Pierre Rolland
(Copyright http://Aeroclub-montpellier.com)




Aéro Club de Montpellier  Téléphone & télécopie : 04 67 5 59 38

Email : infos@aeroclub-montpellier.com